Nos parutions

JEAN-LUC GODARD - Aujourd'hui ma table

Jean-Luc Godard nous offre une poésie empreinte de sensualité et d'érotisme, où l'image cerne la réalité du désir et la porte à sa transcendance, écrivait Éric Brogniet, à propos de L'Âme des noces (Prix Louve 1990 et prix Casterman 1990).

Dans Aujourd'hui ma table, le poète poursuit sa quête. Il y a, dans son écriture, une rigueur, une maîtrise, une recherche qui n'effacent en rien la passion sourde, retenue et inavouée dans son aveu même, émouvante en dehors de toute effusion (André Schmitz).


Son poème est métaphore, son poème est désir, son poème est amour (Gaspard Hons)

Le poète, souvent ébloui, est hanté par l'écriture-spasme, la courbe de chair sous les mots (Michel Breton)

ISBN 978-2-9603-0880-8 * 67 p * 9,99€

JEAN-LOUP SEBAN - Les Chapellades du poëte courtisan

Recueil de poésies  classiques, respectant strictement les règles de la prosodie, en hommage au cinquième centenaire de la naissance de Joachim du Bellay (26 mai 1522), composé d’une couronne de sonnets (quatorze sonnets et un sonnet maître) et de dix-huit autres poésies : odes, stances, terzine, ballade, iambes et quelques sonnets divers (à bouts rimés, estrambot, dantesque, nombre d’or, spensérien, caudato doppio). Un glossaire accompagne l’ouvrage qui cultive le vieux langage.  

Hors commerce * 48 p

GAËTAN FAUCER - Sacha Guitry, ça rend fou, la littérature

Roman Jakobson relit les nouveaux vers que lui présente Maïakovski. Il s’exclame « C’est bon, mais moins bon que du Maïakovski ». Dans La Génération qui a gaspillé ses poètes, après la mort du poète de la révolution, le formaliste russe déplorera la disparition de ses possibilités créatrices. Face à la perte d’un créateur, Gaëtan Faucer ouvre une voie qui aurait pu consoler Roman Jakobson, celle qui convient à l’admirateur, à l’amateur d’une œuvre.
Jouer le Faucer. Créer une pièce qui pourrait être celle de Sacha Guitry. L’exercice est complet pour le critique. Il doit connaître mieux que le style et le phrasé, mieux que les formes d’humour employées fréquemment par l’auteur. Il doit atteindre le cœur créateur, toucher à l’esprit. Écrire « dans l’esprit de », sans recourir à aucun plagiat. Une œuvre entièrement nouvelle qui ne regarde pas vers l’arrière, qui s’avance vers son présent, qui veut rencontrer l’avenir. Se prêter à être, à incarner un moteur créateur disparu.
Et le résultat sera soumis aux pairs qui devront se rendre à l’évidence. « C’est du Sacha Guitry, c’est même mieux que du Sacha Guitry ». Le rêve de prolonger l’œuvre… Seule la bande dessinée franchit ce pas de nos jours. Si les aventures de Blake et Mortimer se poursuivent, pourquoi celles de Sartre et d’Homère devraient-elles s’arrêter ? Quand donc lirons-nous les prochains textes de Beauvoir, Colette et Yourcenar ? C’est cette voie-là qu’ouvrent l’interrogation critique, le mot de Jakobson et le texte de Gaëtan Faucer.

ISBN 978-2-8759-5725-2 * 4 €

GENEVÈVE BAULOYE - Lumière voilée

ISBN 979-1-0945-3331-4 * 36 p * 18 €

CHRISTIAN JANSSEN-DÉDERIX - Le Bouddha d'albâtre

Lors d'un séjour au Brésil, Vincent rencontre une jeune femme avec laquelle il entretient une longue correspondance. Or, celle-ci le renvoie sans cesse vers ses souvenirs, ses nombreux séjours au royaume de Siam, où il rencontra dans un autobus à destination de Khon Kaen une séduisante thaïlandaise. Débuta alors une histoire d'amour fou et impérissable. Rien ne peut anéantir cette passion idéalisée qu'il éprouve pour elle, même si les incohérences qu'elle lui conte au sujet de sa vie paraissent pour le moins troublantes. Add est une femme intrigante, captivante, inoubliable, une virtuose de la séduction. Vincent est comme un papillon attiré par la lumière. Le moindre événement de son existence le ramène toujours à elle, devant les décors époustouflants des rizières. Et la prometteuse correspondance avec une autre femme du bout du monde n'y fait rien.

ISBN 978-2-9602-4076-4 * 203 p * 18,60 €

MONIQUE THOMASSETTIE - Œuvres plastiques, livre 1

Ce catalogue rassemble des œuvres de diverses périodes : des symbolistes, des abstraites, des paysages imaginés, des œuvres d’après nature...
Des œuvres et non les, parce que beaucoup ont été perdues.
Ces périodes ne se succèdent pas chronologiquement. Elles s’entremêlent, ont des récurrences.
Les œuvres abstraites pouvant être à la lisière entre abstraction et symbolisme, je les ai placées dans le Livre I.
D’ailleurs, ces définitions sont à revoir – j’en ai déjà parlé ailleurs.
Mon appellation de périodes n’est pas un cloisonnement : il s’agit de divers aspects de ma créativité à la fois inquiète et curieuse.

L’art abstrait : une expression non figurative de sentiments indicibles.
Sentiments indicibles, mais pas abstraits : existentiels.
Mes tableaux abstraits ont presque toujours été l’expression d’un profond mal-être, voire d’une peur.
Mais lorsque Kandinsky découvrit l’art abstrait en voyant un tableau figuratif posé à l’envers, il s’agissait de la seule composition, et non pas de cette expression indicible qui touche à l’instar de la musique.
Dès lors, regarder comme on écoute.

Je parle de ce seul tableau, parce que la musique porterait Kandinsky.

*

Mon symbolisme et ma vision compositrice sont autodidactes et relèvent de mon cheminement spirituel.
J'ai toujours su d'instinct comment composer, équilibrer lignes et formes, valeurs et couleurs.
Mais, à 20 ans, j'ai appris comment regarder les objets composant des « natures mortes » afin de les peindre et les dessiner simplement et justement.
En 1966, au cours de peinture du dimanche matin à l'Académie de Saint-Josse (Bruxelles), Pierre Dulieu conseillait de cligner des yeux afin de mieux voir le ton local, l'ombre et la lumière des objets à peindre : fruits, légumes, bouteilles, pains, etc. De lui, j'ai donc appris à ne pas me perdre dans les détails – l'erreur des débutants.
La même année, à la même académie, au cours du soir de dessin, Marcel Verhofstadt apprenait aussi à bien voir ; « dessiner, c'est bien regarder », disait-il. La ligne d'un vase, celle d'un verre, celles d'un drapé.
Ensuite, je fréquentai l'Académie de Bruxelles en tant qu'élève libre, c'est-à-dire afin de bénéficier de modèles. Je n’ai donc pas appris le portrait, ni la composition.
C'est en peignant que je suis devenue peintre.
Dans mon atelier, les personnages de mes compositions, je les ai peints tantôt d’après miroir, tantôt d’après croquis (ou d’après photos quand la pose était anatomiquement trop pénible à garder !), tantôt d’après nature, tantôt d’imagination.
Idem pour les arbres (sauf que je ne les ai jamais photographiés).
Quant aux éléments (terre, pierre, montagnes, mer, cascades, nuages…), dans la mesure où je les ai (en vacances notamment) peints et dessinés d’après nature, et où, de ce fait et aussi grâce à mon animiste empathie, je les ai intériorisés, il m’a été aisé de les imaginer.
Peignant la vague, j’étais la vague.

Extrait de Moments d’une Psyché.

ISBN 978-2-8070-0221-0 * 111 p * 28 €

JEAN-MICHEL AUBEVERT - Transparences

Le poème qui fait chanter les mots sur le thème des "Je t'aime" fait les enchantés sur les ailes du coeur.

C'est un bonheur qui nous est conté, dont reposent les heures au puits des regards qui ont vu se féconder leurs eaux, de vive voix, la résonance des peaux au lit des beaux yeux.

Sous l'écho des branches
C'était à l'encre blanche
Que versait la lumière,
Madame, nos dimanches.

Écrirais-je un "tombeau"
Sur le lit des eaux?
La rivière du temps,
Le passé, le présent.

ISBN 978-2-3905-2036-8 * 64 p * 16 €

ALESSANDRA RIGGIO - Petites histoires "hasardeuses"

Les petites histoires hasardeuses se lisent comme des histoires gigognes.

Elles mettent en scène des personnes qui, par un événement fortuit ou une information « hasardeuse », vont revoir leur système de valeurs et saisir les opportunités afin de réorienter leur quotidien. Une histoire implique un autre récit pour former une boucle, un tout, le cycle de la vie…

136 p * 14,40

CHRISTINA FUNES-NOPPEN - Le Bourreau de Nauplie

Le souvenir d'un passé historique, une légende, des rites orthodoxes, un exorcisme, du suspense et surtout une vieille dame excentrique qui voit et sait tout ce qui se passe à Tolo. Une Miss Marple version grecque !

ISBN 978-2-9407-2114-6 * 316 p * 20 €

Actualité littéraire

SABAM - Appel à candidatures.

Assemblée générale 2022 : appel à candidatures.

À propos de « l'écriture inclusive »

Communications de l'Académie royale de langue et littérature françaises et du Conseil international de la langue française concernant l'écriture inclusive.

Prix Gilles Nelod 2021

PRIX GILLES NELOD

Géré par l'Association des écrivains belges de langue française et créé grâce à une libéralité de Gilles Nelod, un prix de 250 € est décerné tous les deux ans. Il récompense l'auteur d'un récit ou d'un conte.
Le texte proposé (environ 900 lignes dactylographiées) ne sera pas destiné spécialement aux enfants. Il sera signé.
Il ne peut être écrit en collaboration, ni avoir été édité en volume, revue ou journal avant la date extrême de rentrée des manuscrits.
Ne concourent que des écrivains belges d'expression française vivant en Belgique. Il n’est admis qu’un seul texte par auteur. Le prix ne peut être attribué plus d'une fois à une même personne, ni partagé entre plusieurs candidats.

Nos partenaires

Contact

Du lundi au jeudi, de 10 à 12h, et de 13 à 16h.

a.e.b@skynet.be

+32 (0)2 512 36 57

Navigation

Maison Camille Lemonnier

Maison des Écrivains

Chaussée de Wavre, 150

1050 Bruxelles